Cours Développement agricole et rural

Cours Développement agricole et rural

INTRODUCTION

En introduction à cet enseignement de Développement agricole et rural, je me dois d’expliciter un certain nombre de définitions, d’hypothèses, de choix ou de principes dans le cadre desquels cet enseignement s’inscrit.

Développement : le développement est une notion plus large que la croissance économique, elle-même plus large que l’augmentation de la production de biens matériels. L’objet du développement est tout simplement le bonheur d’une vie épanouie pour l’ensemble des hommes. Il s’agit donc, comme le disait François PERROUX, du développement « de tout homme et de tout l’homme ». Cela signifie en particulier que le critère d’appréciation du niveau de développement d’une société est la situation faite aux plus faibles, aux plus pauvres dans cette société. Peu importe si elle est ou non capable par ailleurs d’envoyer un homme sur la Lune. On peut même trouver tout à fait pertinente la distinction entre pauvreté et misère.

Economie : l’économie n’est qu’un angle d’attaque du réel parmi d’autres. Le réel est global, complexe et multiforme, et le Droit, la Sociologie, la Psychologie, l’Anthropologie, la Géographie,…. n’ont pas moins de légitimité pour appréhender et essayer d’expliquer le réel. Par exemple l’exode rural ou l’émigration peuvent certes s’expliquer par des raisons économiques (la faiblesse des revenus, mais aussi (voire mais surtout) par des éléments qui relèvent de la psychosociologie, (les représentations, les mythes, le poids du contrôle villageois,…). Bien qu’économiste de formation, je considère que la place de l’économie dans l’analyse doit être relativisée.

Agricole / rural :

Ce qui relève de l’agriculture est assez bien défini : production de végétaux et d’animaux destinés à l’alimentation humaine ou animale. Mais la production peut aussi concerner des matières premières agricoles qui sont pour certaines des sous-produits de la production d’aliments (comme le cuir et la laine), et qui pour d’autres, sont cultivées pour elles-mêmes comme le liège, le lin, le chanvre, ou les agro-carburants). Mais dès la définition surgit la question de la multifonctionnalité de l’agriculture. En effet, l’agriculteur produit aussi du paysage, des aménités, du « cadre de vie » en sous-produit (ou production conjointe) de sa production. Il peut même être rémunéré pour cela (débroussaillage et fauche de pistes de ski, …). L’agriculteur produit aussi de l’activité touristique (ferme auberge, accueil à la ferme), de l’éducation (fermes-découverte-nature), voire même des soins (ferme accueil d’anciens drogués ou d’handicapés mentaux) ou plus simplement de ré-insertion (jardins de cocagne). Nous dirons quant à nous que l’agriculture consiste à intervenir sur la nature pour obtenir un output de biomasse différent en quantité et/ou en qualité de celui que la nature fournirait sans l’intervention de l’homme. Mais cette définition inclut alors la foresterie.

Le rural ne se réduit pas à l’agricole : c’est une notion beaucoup plus vaste. Tous les ruraux ne sont pas agriculteurs (artisans ruraux commerçants, instituteurs, médecins,…), tous les espaces ruraux ne sont pas exploités par les agriculteurs (forêts, espaces touristiques, réserves naturelles, mines,…). De plus la limite entre la ville et la campagne n’est plus aussi marquée qu’autrefois, et beaucoup de zones relèvent de statuts intermédiaire : périurbain, semi-urbain,… La ville elle-même n’est plus toujours la ville : cité-dortoir, banlieue,… Malgré cela, le rural reste défini comme le non urbain.

Ces trois notions ayant été rapidement interrogées, venons-en à l’objet de cet enseignement « Développement agricole et rural ». Pour cela nous traiterons d’abord du développement agricole puis du développement rural, en posant ce qui nous semble être les principales problématiques de ces deux champs.

Problématique du développement agricole dans le contexte d’aujourd’hui

Introduction : Développement = « Tout homme et tout l’homme » ; situation du plus faible

I) Le développement agricole, nécessaire et ambigu

a) Le développement, ô combien nécessaire

  • la moitié des pauvres et les ¾ des sous alimentés sont des ruraux
  • l’urbanisation démesurée, les mégapoles et la bidonvilisation font qu’il est nécessaire de sauvegarder le plus possible d’emplois ruraux
  • pas de développement sans une agriculture prospère, il faut marcher sur ses deux jambes (agriculture et industrie) (Mao)

b) Le développement agricole, ô combien ambigu

  • le développement de l’agriculture n’est pas forcément celui des agriculteurs
  • le développement de la production peut être celui des exportations, pas toujours celui de la consommation
  • la sécurité alimentaire n’est pas l’indépendance alimentaire
  • l’alimentation abondante à bas coût peut se faire au détriment de la sûreté alimentaire
  • le débouché alimentaire est concurrencé par la demande de bios carburants
  • la croissance agricole se fait à un coût effroyable pour l’environnement

II) Le contexte d’aujourd’hui

  • l’ouverture générale des marchés, la mise en concurrence, l’effondrement des politiques
  • la révolution verte laisse la place à une nouvelle révolution OGM/biotechnologies
  • le blocage du foncier laisse la part belle aux accapareurs et rejette-les exclus
  • la pollution d’origine agricole se généralise et devient critique
  • la croissance de l’agriculture se fait au détriment de l’environnement
  • la fin du pétrole bon marché, la monté de la demande de biocarburants

III) Quelle agriculture veut-on ?

  • type d’exploitation : paysanne/familiale intensifiée/d’entreprise/collective/
  • type de processus de production : industrielle/biologique/
  • type de relation marchande : concurrence à couteaux tirés/commerce équitable/

IV) Quel développement rural veut-on ?

  • l’agro-industrie exportatrice du type soja brésilien ?
  • l’agriculture industrielle familiale du «modèle français» ?
  • la défense et réhabilitation de l’agriculture paysanne : Via Campésina
  • une agriculture paysanne, biologique, équitable ?

 Problématiques du développement agricole et rural : les choix pédagogiques

A)   Premier choix pédagogique quant à l’angle d’attaque : se centrer sur la trilogie « ressources – acteurs – territoires »

Le premier choix pédagogique effectué est de structurer cet enseignement par une problématique unifiante qui est d’examiner comment les acteurs se mobilisent pour accéder aux ressources dont ils ont besoin et pour les mettre en valeur, et comment, se faisant, ils « font territoire ».

Il s’agit de l’accès à la terre, l’eau, les semences, … pour les agriculteurs, et de l’accès à la santé, l’éducation, aux réseaux, … pour les ruraux.

On s’attachera particulièrement à montrer comment les acteurs se mobilisent (qui, quand, comment, pourquoi, …) pour faciliter cet accès aux ressources, et comment cela contribue éventuellement à l’émergence d’une identité territoriale, à un projet de territoire, …, bref, comment cela contribue à la construction du territoire.

Mais au préalable, dans des chapitres préliminaires, il nous faudra examiner trois questions fondamentales :

  • Quelles sont les particularités de l’économie agricole et alimentaire,
  • quelles sont les particularités de la ruralité, de la vie rurale
  • quel type de développement promouvoir, c’est-à-dire quel type d’agriculture, quel type d’exploitation, quel type de ruralité on veut promouvoir.

Les deux premières questions sont, à vrai dire, une « mise à niveau » nécessaire compte tenu de l’ignorance générale du fait agricole et rural de la part des étudiants (même géographes …) ; la troisième est la question de fond que chacun doit se poser s’il ne veut pas faire n’importe quoi (et en particulier contribuer, sans s’en rendre compte, à la mise en place d’un type de développement non conforme à ses valeurs).

Le développement du cours se fera alors en deux parties :

Une première partie, plus centrée sur le développement agricole, abordera :

  • L’accès à la terre (avec les problèmes d’installation des jeunes agriculteurs au Nord et la nécessité de réformes agraires au Sud)
  • L’accès à l’eau (avec les problèmes liés aux différentes pratiques de l’irrigation tant au Nord qu’au Sud)
  • L’accès aux semences (avec la « Révolution Verte », et le problème des OGM et de la brevetabilité du vivant)
  • L’accès aux engrais et aux produits de traitement (avec les coopératives d’achat, l’alternative agriculture biologique)
  • L’accès aux techniques : les pratiques de « vulgarisation agricole » (par qui, pour qui ? ; les groupements de vulgarisation agricole, …)
  • L’accès aux matériels : (les coopératives d’utilisation de matériels agricoles (CUMA) au Nord, la question des matériels adaptés au Sud, et celle du renouveau de la traction animale)
  • L’accès au crédit :(avec le crédit coopératif au Nord, et la micro finance rurale au sud)
  • L’accès aux marchés : (l’accès physique, le stockage, transport : les intermédiaires, les coopératives. Les filières, les labels, le commerce équitable)
  • L’accès au statut d’acteur : (les groupements paysans, les syndicats, les organisations paysannes, la lutte pour la reconnaissance)

En contrepoint et en illustration, les étudiants devront lire un chapitre du livre de Henri De France « Précis d’économie agricole pour le développement : le primat des logiques paysannes ». Ce chapitre, intitulé « Quarante ans de politique agricole en Afrique » examine quatre expériences de développement agricole :

  • L’agriculture sans les paysans : l’agrobusiness
  • L’agriculture contre les paysans : les coopératives forcées
  • L’agriculture avec les paysans : le coton au Mali
  • L’agriculture par les paysans : les groupements Naam au Burkina Faso

Une deuxième partie, plus centrée sur le développement rural, abordera :

  • L’accès aux services publics : état civil, Sécurité Sociale, Pôle emploi, Caisse d’allocations familiales, …
  • L’accès à la santé, avec au Nord les fermetures de maternités, la désertification médicale, …., et au Sud, les dispensaires ruraux, les médecins aux pieds nus, …
  • L’accès à l’éducation, avec les fermetures de classe au nord, l’acculturation au Sud
  • L’accès aux loisirs, à l’information, … (avec les questions correspondantes)
  • L’accès aux réseaux : réseau postal, téléphonique, numérique (avec la question de la fermeture des Postes rurales en France, de la fracture numérique au Sud, ….)
  • L’accès à l’eau et à l’assainissement (questions non traitées, puisqu’il y a un cours sur ce sujet)
  • L’accès au bois de chauffe et à l’énergie (avec les pratiques d’affouage au Nord, le décollage du solaire au Sud)
  • L’accès à un réseau de ramassage et de traitement des ordures ménagères

B)   Deuxième choix pédagogique quant aux modalités de travail : lectures théoriques, observations analytiques, synthèse

Au-delà de la nécessaire (et réduite) partie magistrale, le travail prendra la forme :

  • De lectures donnant lieu à des « Fiches de lecture » (selon une méthodologie fournie)
  • D’observations-analytiques de terrain donnant lieu à des restitutions descriptives/analytiques (selon une méthodologie fournie)
  • Des synthèses donnant lieu à des « Notes de synthèse (selon une méthodologie fournie).

La liste des thèmes traités varie chaque année : est arrêtée avec les étudiants, en tenant compte de l’actualité, de leurs centres d’intérêt, des perspectives de journées thématiques, des projets de stages, …

Cours Développement agricole et rural – Vincent PLAUCHU

22 réponses à Cours Développement agricole et rural

  1. KANON ALBAN LANDRY dit :

    Bon début

  2. Interesse de cette breve notion de developpement,je voudrais suivre votre cours en distance si possible et je vous fournirai aussi des donnees de terrain a partir de la R.D.CONGO.

  3. belaidi dit :

    Bjr Pr PAUCHU
    je suis une enseignante chercheur ,je travaille sur l’économie rurale ,je souhaiterais de votre part des cours traitant de cette dicipline
    je portes grand interet à vos publications
    mes salutations
    belaidi

    • Charaf dit :

      Bonjour professeur, je suis étudiant chercheur en économie sociale, j’ai un travail de mémoire sur l’économie sociale au service de développement rural, si vous permettez est ce que vous avez les théories de développement rural ou d’économie rurale
      Merci

  4. Patrick ASSANI dit :

    je suis intéressé de votre introduction

  5. BAMOUNI Eric dit :

    salut,je suis un jeune burkinabé leader d’une structure associative des jeunes pour l’entreprenariat local.je souhaitais recevoir de vous des cours en developpement rural,une filière que j’apprecie bien.
    MERCI A VOUS

  6. Geraldo Basilua dit :

    Je suis três interessé a suivre votre cours de developpement rural á distance, est-ce possible? quelles sont les conditions? je suis en Angola

  7. Geraldo Basilua dit :

    je suis interessé a suivre votre cours de developpement rural a distance, queles sont les conditions?

  8. maman laouali dit :

    Bonjour je sui doctorant en gestion des espaces ruraux vos publications me seront utiles afin que j’ameliore mes recherches

  9. KABA Sanoussy dit :

    Bonjour,
    Je suis KABA Sanoussy, Ingénieur Agro-économiste de formation du département économie rurale, je voudrais recevoir de vous en distance, des cours supplémentaires en économie rurale , en se basant surtout sur le développement rural ou communautaire.
    Merci

  10. SANGOU BARKAMLA dit :

    Bonjour Pr
    je suis un technicien à la recherche agronomique, je suis beaucoup intéresse par le développement rural intégré. je souhaite que de votre part des cours sur le développement intégré surtout en Afrique subsaharienne.
    je porte grand intérêt à vos publications.
    mes meilleurs vœux de santé, de longévité et surtout de bonheur pour 2016.

  11. seydouba camara Guinee dit :

    Salam je suis un diplome en econômie rurale je sôuhaîte de vôus de publîcation spfciale economie rurale

  12. KIKALA Bienvenu dit :

    Bonjour,
    Je me nomme Bienvenu kikala; ingénieur agro économiste.Je viens par la présente vous signifier que je suis très content de votre publication. Comment faire pour suivre le cours en distance.

  13. BON JOUR Mr le professeor je suis etudiant à l’ Université du BURUNDI dans la Faculté des Sciences Economiques et de Gestion( Département ECONOMIE RURALE) je suis interessé de votre introduction

  14. DIAWARA dit :

    Bonjour je suis Ingénieur Agro-économiste de l’Université Saad Dahleb de Blida en Algérie j’aimerais reçevoir des compléments de cours en tous ce qui concerne le développement rural et communautaire.

  15. koite hamidou dit :

    j étais très informe et très satisfait de votre cour et j aimerais recevoir de cour complémentaire.

  16. Saoul NDUNGO dit :

    Je suis licencié en developpement rural et Maitre Assistant du cours. J’ai besoin de savoir si vous pouvez admettre que je partage avec vous le support pedagogique que j’utilise pour que vous puissier « préfacer » ça pour moi et comment avoir une copie de votre cours.

  17. Cheick Oumar Toure dit :

    Bonjour, Je suis agroéconomiste de formation et je viens de terminer mon master 2. J’aimerai suivre ce cours dont le contenu colle avec mes travaux de recherche.

  18. DIANTOM Narcisse dit :

    Bonjour,
    J’ai fait la Faculté des Sciences Economiques et de Gestion. Compte tenu de la situation très précaire des populations rurales dans mon pays et dans mon village en particulier et vu que l’amélioration des conditions de vie de ces populations ne pourra se faire sans passer par le processus d’un développement rural, je me suis orienté vers ce domaine pour essayer d’aider mes frères et sœurs à sortir de cette situation de précarité. pour ce faire, j’aimerais, si possible, recevoir des cours en tous ce qui concerne le développement rural intégré et communautaire à l’effet de les aider à s’organiser, à mener des activités rémunératrices de revenu, à augmenter leurs productivités agricoles, etc., pour leur épanouissement. je suis beaucoup intéresse par le développement rural .

  19. Keita dit :

    Je suis étudiant-chercheur en Sociologie Semestre 6; concentration Développement communautaire, à l’Université Julius N’yéréré de Kankan(République de Guinée). Votre cours m’intéresse beaucoup pour des raisons de renforcement de mes capacités. J’aimerais suivre ce cours à distance. Quelles sont les conditions ?

  20. Amand Augustin AKO dit :

    Merci Maître pour votre sens avancé du partage. A travers ce sommaire, je viens d’apprendre beaucoup et je souhaiterais bénéficier encore de vos connaissances dans le domaine du développement agricole et rural.
    Que dois-je faire?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *