Home » 2014

2014

6 mars

Lors d’une sortie à Valence, les étudiants de la promotion 2013-2014 (Daphnay ANTOINE, Maniela SÉJOUR, Lucanor PIERRE) visitent les vestiges du Château des Dauphins à Beauvoir-en-Royans, une commune située dans le département de l’Isère en région Rhône-Alpes. Les éléments conservés (mur d’enceinte, donjon, grande chapelle) témoignent encore de la magnificence du lieu.

KA908

Vestiges du Château des Dauphins

Construit par Humbert II, dernier Dauphin du Viennois, le château de Beauvoir est situé au pied des falaises calcaires du massif du Vercors, entre Grenoble et Valence. Humbert II y aurait vécu une vie si dépravée qu’à l’heure de sa ruine il racheta ses fautes en revêtant l’aube de bure des dominicains. Devenu frère Ymbert, il obtint, par brigue du roi de France, l’évêché de Paris. Il mourra peu après en 1355, en allant quérir l’agrément du pape. En 1561, le baron des Adrets s’y installa lors des guerres de religion. Il y tortura, dit-on, ses adversaires politiques. Pris, repris puis dégradé par les armées catholiques et protestantes, le Château de Beauvoir tombera progressivement en ruine.

KH872

Daphnay au pied des murailles

La Maison des Têtes

La journée se termine par la visite de la Maison des Têtes, située au 57 Grande Rue dans le Vieux Valence, à proximité de la place des Clercs. Fleuron de l’architecture du début du XVIème siècle, la façade de cet ancien hôtel particulier offre aux passants le foisonnement de son décor sculpté. Marquant le passage du style gothique flamboyant au style renaissance, cette habitation doit son nom aux nombreuses têtes qui ornent la façade : des sculptures symbolisant les vents, la Fortune, le Temps, la théologie, le droit ou encore la médecine. La Maison des Têtes est composée de quatre corps de logis, articulés autour d’une cour carrée permettant de faire entrer la lumière. Classée au titre des monuments historiques depuis 1944, elle abrite aujourd’hui une exposition permanente intitulée « Valence, Ville d’Art et d’Histoire » qui retrace les grandes heures de la cité drômoise.

KA909

Maniela, Lucanor et Daphnay

20 mars

Vidéo

Vidéo

Madame Kiria DESPINOS soutient sa thèse de doctorat en droit privé sur L’autonomie professionnelle à l’épreuve de la vie en couple : étude du droit haïtien à la lumière du droit français. Plusieurs spécialistes de renommée internationale composent le Jury : Messieurs Hubert BOSSE-PLATIÈRE (Univ. de Dijon, rapporteur), Yann FAVIER (Univ. Rennes 2, rapporteur), Gélin Imanès COLLOT (Univ. d’État d’Haïti), Michel FARGE (Univ. Grenoble 2) et Pierre MURAT (Univ. Grenoble 2, directeur). Au terme d’une brillante intervention, la candidate obtient le titre de docteur en Droit avec la mention « très bien » et les félicitations du Jury.

KH101

Pendant la soutenance

KH111

Après la soutenance

En début de soirée, les participants se retrouvent au Centre Théologique de Meylan autour d’un repas traditionnel haïtien. Une très belle soirée placée sous le signe de la réussite et de la joie, ou convivialité et bonne humeur ont permis de multiples échanges. Nous renouvelons toutes nos félicitations à Kiria pour cette prestation inoubliable, ainsi que nos remerciements à celles et ceux qui contribuèrent généreusement à l’organisation de cette manifestation.

KH103


Fin de soirée au CTM de Meylan

29 mars

Sortie en Chartreuse et à l’Abbaye d’Hautecombe avec Kiria DESPINOS et Maniela SÉJOUR, accompagnées de deux étudiantes en échange : Mesdemoiselles Jessica BUCHLER (Brésil) et Rosalie MARCOUX (Québec).

KH258

L’Abbaye royale d’Hautecombe

Fondée en 1125 par Amédée de Lausanne, avec l’aide du comte Amédée III et l’appui de Bernard de Clairvaux, l’Abbaye royale d’Hautecombe est d’abord connue pour être la nécropole de la Maison de Savoie et de quelques-uns des rois et reines d’Italie. Perchée sur un éperon de la côte sauvage de la rive occidentale du lac du Bourget, au pied du mont de la Charvaz, l’abbaye dépend de la commune de Saint-Pierre-de-Curtille, à environ 25 km de Chambéry et 45 km d’Annecy. A la fin des années 1980, les derniers bénédictins quittèrent les lieux pour l’abbaye Notre-Dame de Ganagobie dans les Alpes-de-Haute-Provence.

KH875

Sur la terrasse du Belvédère de la Chambotte

24 mai

Promenade pittoresque en Maurienne, au replat du Châtel, autour des vestiges de la Tour de Bérold de Saxe, en compagnie de Mesdemoiselles Jessica BUCHLER, Maniela SÉJOUR et Daphnay ANTOINE.

KH977

La Tour de Bérold de Saxe

La Tour de Bérold apparaît officiellement en 887. Mise à mal par les Sarrasins au Xème siècle, elle sera, croit-on, rénovée par le mythique Bérold de Saxe, ancêtre du premier Comte de Maurienne et fondateur de la Maison de Savoie : Humbert aux blanches mains. Abandonnée dans le courant XVIIème siècle, Charles Félix la rénova en 1828. Lors de la libération de la Savoie, en 1944, les Allemands l’occupèrent et y retinrent même quelques otages. Diverses légendes ont encore cours à son sujet : on parle notamment d’un caveau contenant des vases emplis d’une liqueur délicieuse et surtout d’un passage secret de plusieurs kilomètres à travers le rocher rejoignant la Tour de la Fournache.

KH976

A l’intérieur de la Tour

La Maurienne est une vallée intra-alpine française située dans le département de la Savoie. Elle correspond à l’une des six provinces de l’ancien duché de Savoie. Longue d’environ 120 kilomètres, elle est l’une des plus grandes vallées transversales des Alpes. Elle débute à l’ombre des Levanna, recouvertes par les glaciers des sources de l’Arc et surplombant le hameau de l’Écot au pied du col de l’Iseran. Elle suit d’abord un axe nord-est—sud-ouest jusqu’à Modane, avant de descendre direction nord-ouest jusqu’à Aiton, là où l’Arc rejoint l’Isère dans la combe de Savoie.

KH978

Maniela la Mauriennaise

28 juillet

KH_EL01

Nous apprenons avec beaucoup de tristesse et d’émotion la disparition de notre ami Emilio R. LARREA, fervent défenseur de la cause haïtienne et fidèle d’entre les fidèles. Nous avions été témoins encore récemment lors de réflexions communes, de son engagement au développement et à la mise en œuvre d’une coopération avec Haïti. Très attaché à notre mouvement et aux idées qui sont les nôtres, il participait régulièrement à nos activités. En tant que bénévole, il s’est notamment occupé des opérations de collecte d’ouvrages et a joué un rôle essentiel dans l’établissement de liens scientifiques entre les universités françaises et haïtiennes. Toutes nos pensées vont à sa famille et à ses proches, ainsi qu’à ses nombreux amis.    Requiescat in pace amicus meus Æmilius  

KA1687

Un cours à la Faculté de droit de Grenoble

Septembre

Nous accueillons cette année quatre nouveaux étudiants : Mesdemoiselles Gaëlle ÉTIENNE (1ère année de licence) et Djénane GUERRIER ÉTIENNE (M2 Droit public approfondi), ainsi que Messieurs Wilson COSTUMÉ (M2 Histoire, droit, droits de l’homme) et Alain Robert COICOU (M2 Droit de la montagne). Nous leur souhaitons dès à présent la bienvenue au sein de notre Université.

25 octobre

Profitant des derniers beaux jours de la saison, les étudiants de la promotion 2014-2015 (Gaëlle ÉTIENNE, Djénane GUERRIER ÉTIENNE et Wilson COSTUMÉ) découvrent les rives et bords du Lac du Bourget ainsi que le paysage dans ses habits d’automne. La journée s’achève par une visite guidée de la ville Chambéry et de ses environs.

KH1291

Wilson, Djénane et Gaëlle au Belvédère de la Chambotte

Formé à l’issue de la dernière Glaciation de Würm, il y a environ 19 000 ans, le Lac du Bourget est aujourd’hui le plus grand lac naturel d’origine glaciaire de France. D’une superficie de 44,5 kilomètres, sa profondeur moyenne atteint 85 mètres et sa profondeur maximale 145 mètres. D’abord appelé Lac de Châtillon, un château de Chautagne contrôlant en effet la voie navigable vers Lyon, il ne prendra sa dénomination actuelle qu’à partir du XIIIe siècle. Il inspira Lamartine qui lui consacra l’un de ses plus célèbres poèmes, Le Lac, publié en 1820 dans ses Méditations poétiques.

Le Lac du Bourget